Que comptent faire les maires de l’Ouest?

Saint-Nazaire: Joël Batteux (PS) jette l’éponge apès trente ans de mandat…le MODEM, l’UDI et l’UMP cherchent à monter une liste autour du modéré et consensuel Ludovic Le Merrer.

Ouest France 27-06-2013

Droite et Centre avancent groupés

photoEbauche d’une alliance autour d’un cercle , DesirS de Ville

Les oppositions ont trouvé un terrain d’entente au sein d’un cercle, et autour d’une personnalité: Ludovic Le Merrer.

« J’ai un moral d’enfer ». Malgré le temps maussade, Jean-Louis Garnier était radieux lundi. La veille au soir, le PS venait de subir une nouvelle défaite aux élections législatives partielles à Villeneuve-sur-Lot, ex-fief de Jérôme Cahuzac. Spectre d’un vote sanction pour le parti majoritaire, incertitudes liées au départ de Joël Batteux… Pour le chef de file de l’UMP au conseil, une fenêtre de tir va s’ouvrir à Saint-Nazaire en 2014. D’autant que l’opposition du centre et de la droite semble serrer les rangs. Depuis plusieurs mois maintenant, se tient chaque semaine, la réunion d’un cercle de réflexion, « Désirs de ville ». Des membres du Modem et l’Union des démocrates indépendants (UDI) en sont à l’origine, mais le but est bien d’initier « un rassemblement de citoyens de bonne volonté qui ne veulent plus du PS au pouvoir », résume Jean-Louis Garnier. Pierre Bastida, UDI, évoque une liste  » socioprofessionnelle composée de membres de la société civile du secteur public, privé, social, industriel et commerçant ». Une personnalité émerge pour l’instant, le président de « Désirs de ville », Ludovic Le Merrer.

Ce nazairien de 37 ans est le directeur des maisons de retraites de la fondation Caisse d’épargne. « Les habitants de Saint-Nazaire veulent un vrai changement. Que peut proposer de neuf une équipe qui gouverne la ville depuis si longtemps? L’ usure du pouvoir semble une expression inconnue du PS ». Cet adhérent au Modem n’a guère goûté que la section socialiste balaie d’emblée tout accord avec le Centre. « La secrétaire, Chloé La Bail a même asséné: « Ils ne partagent pas les mêmes valeurs ». C’est contre un tel sectarisme, un tel abus de position dominante que je me suis engagé dans ce travail de rassemblement. » Si sa personnalité semble faire consensus, il ne se pose pas, encore, en tête de liste. « La question n’est pas à l’ordre du jour. »

La mayonnaise semble prendre mais rien n’est encore joué. L’UMP bénéficie de l’assentiment du secrétaire départemental, Gatien Meunier. La commission d’investiture nationale devrait se prononcer début juillet. « Nous ne demandons pas la tête de liste, ni le poste de maire ou de président de la Carene. Nous préférons avoir quelques vice-présidences plutôt qu’être dans l’opposition », précise Jean-Louis Garnier. Même calendrier pour l’UDI, qui regroupe le Nouveau centre, le Parti radical, l’Alliance centriste, et le Centre national des indépendants et paysans (CNI). Pas de date au Modem, mais la confirmation qu’une liste commune avec l’UMP, à laquelle l’ancienne tête de lise Kevin Izorce était fermement opposée, n’est plus taboue. « Une éventuelle alliance n’est pas remise en question. Mais pour l’instant nous en sommes encore au projet », précise Emmanuel James, chef du groupe « Centre Démocrate » au conseil municipal. « Et chacun peut y participer, qu’il soit encarté ou non, de droite comme de gauche ».

Julien Bouliou

L’Echo de la presqu’île

21 juin 2013

Vivre ensemble

VIVRE ENSEMBLE..

Ces derniers jours, nous avons pu lire dans la presse locale et le web, les déclarations de candidats PS ainsi que celles d’une nouvelle liste.

Ce qui me choque, c’est qu’ils mettent tous en avant leur étiquette : gauche, centre et écolo, tout en prétendant s’adresser à l’ensemble des Nazairiens, certains, même,  revendiquent  que la ville reste à gauche!

Mais, ce ne sont pas les citoyens qui décident ???…  qui peut avoir la prétention de régenter leur conscience ?

Que deviennent les habitants qui n’ont pas ces sensibilités ? L’abstention  déjà très forte, 60 % aux dernières législatives, 70 % aux cantonales de 2011, 50 % aux municipales de 2008 va-t-elle s’accentuer ?..

La ville, déjà cloisonnée entre ceux qui ont tout, allégeance au pouvoir oblige, et ceux qui galèrent à trouver un boulot, un logement, à survivre tout simplement, va-t-elle voir sa fracture sociale s’amplifier ?

Ah, il y a des tas de propositions ! mais n’y a-t-il pas urgence à ressouder le lien social, à sécuriser, à redonner confiance, à écouter ceux qui souffrent de la crise, à stimuler les initiatives ?

Pour cela il faut du temps, de la tolérance, de l’humilité, de la bienveillance, des valeurs essentielles pour retrouver la fraternité qui est l’essence même de l’humanité.

Josette Emonides

La presse en parle II

Désirs de ville est le nom du « cercle de réflexion » créé en septembre, à l’initiative du MODEM, de l’UDI et de l’UMP. En ligne de mire, les municipales 2014 en tentant de réussir ce qui avait échoué en 2008, à savoir une liste d’union de droite.

Le président de Désirs de ville est Ludovic Le Merrer, discret sur le plan politique mais plus connu pour son activité professionnelle en tant que directeur des maisons de retraite de la fondation Caisse d’Epargne. L’homme ne souhaite pas s’exprimer publiquement mais reconnaît animer ce cercle « composé de Nazairiens de tous horizons, sans clivages partisans, sans exclusive, des personnes centre gauche, centre droit, droite, écologistes, des élus de l’opposition, qui débattent chaque semaine autour d’un thème ». Une restriction, « seules les extrêmes sont exclus ».

Ludovic Le Merrer et son équipe travaillent sur « une alternative crédible, un projet ambitieux, novateur, réaliste, une nouvelle énergie, de nouvelles têtes ». Dans un premier temps, le groupe veut « permettre aux Nazairiens de s’exprimer, de proposer ». Le projet n’est donc pas encore tout à fait dessiné, pas plus que le choix de la tête de liste. Evidemment les regards se tournent vers Ludovic le Merrer qui temporise: « la question n’est pas à l’ordre du jour. Rien n’est décidé à ce jour. Je me content d’animer les débats, de recenser les idées ».

Jean-Louis Garnier, tête de liste UMP en 2008 et chef de file d’un des groupes d’opposition au conseil municipal insiste: « la commission d’investiture de notre mouvement, qui doit se réunir dans la première quinzaine de juin, n’a pas encore été saisie de ce qui reste un travail commun entre des personnalités en vue de constituer une liste ouverte de la gauche à la droite pour présenter une alternative crédible aux continuateurs de Batteux! ». Fin juin, Désirs de ville dévoilera les grandes lignes de son projet et saura s’il a l’aval des instances politiques pour se lancer avec leur soutien.

Cathy Ryo

Le vendredi 31 mai dans: L’écho de la presqu’île.

La presse en parle

Depuis quelques semaines des bruits circulent sur notre mouvement, voici un des articles qui en fait état.

vendredi 24 mai 2013


na50_3526889_1_px_470_

Ludovic Le Merrer, devrait prendre la tête d’une liste réunissant la droite et le centre aux prochaines municipales.

Photo : Archives Ouest-France

La droite et le centre, deux oppositions actuellement divisées, préparent une liste en commun pour 2014. Le leader est enfin trouvé.

Chaque semaine, les représentants locaux de l’UMP et les centristes du Modem et de l’UDI se réunissent et multiplient les contacts. La sortie du ring voilà un mois, de Kevin Izorce, tête de liste Modem en 2008, opposé à toute union avec l’UMP, a permis de mettre les bouchées doubles au projet de rapprochement entre les deux composantes.

Un nouveau leader est même apparu en la personne de Ludovic Le Merrer, directeur depuis 2009 de deux résidences pour personnes âgées dépendantes de Saint-Nazaire, gérées par la fondation Caisse d’épargne. Juriste de formation, il a été inspecteur de l’action sanitaire et sociale à l’école de la santé publique à Rennes, avant de devenir directeur d’établissements de santé.

Désirs de ville

Il préside le cercle de réflexion nommé Désirs de Ville, composé « de socioprofessionnels nazairiens de tous horizons, sans clivage partisan, qui débattent chaque semaine autour d’un thème, » explique Ludovic Le Merrer. « Avec des personnes de centre gauche, de centre droit, de droite, des écologistes, des salariés du privé, du public, de l’industrie et de l’artisanat, des retraités, des étudiants, des chefs d’entreprise, des élus de l’opposition. Seuls les extrêmes sont exclus ! »

Avec cet outil, Ludovic Le Merrer veut proposer « une alternative crédible aux Nazairiens, un projet ambitieux, novateur, réaliste, une nouvelle énergie, de nouvelles têtes. » En résumé un projet et une liste.

Tous les matins en se rasant

Le président du cercle se défend d’être obsédé par la tête de liste. « Je n’y pense pas tous les matins en me rasant. La preuve, je porte la barbe ! » plaisante-t-il en parodiant la déclaration d’un candidat à la présidentielle 2007.

L’UMP de Loire-Atlantique doit confirmer dans quelques jours qu’elle accepte de confier les commandes de la liste à ce centriste qui fait consensus chez les militants. « C’est un calme qui dégage de l’autorité », indique l’un d’eux qui se réjouit de voir émerger une nouvelle personnalité, après toutes les turpitudes traversées localement par l’UMP et le Modem depuis 2008.

Les discussions sur le contenu du programme comme les négociations sur les noms qui figureront sur la liste ne sont pas achevées. L’UMP ne revendiquera que la moitié des dix premiers noms, le nombre d’élus probable si la liste doit se contenter de siéger dans l’opposition. Le parti de Jean-François Coppé renonce au leadership de la liste et au fauteuil éventuel de maire et président d’agglomération en cas de victoire.

On pourrait retrouver dans cette liste plusieurs sortants des groupes UMP et centriste du conseil municipal. Jean-Louis Garnier tête de liste UMP en 2008, devrait aussi trouver sa place dans cette liste mais pas dans les dix premières places.

Cyrille Pitois.