Tranquillité publique: une priorité

La lutte contre l’Insécurité doit constituer une priorité car la garantie de la tranquillité publique est le premier devoir d’une commune.

Il est inadmissible que des commerçants se fassent ainsi agresser en toute impunité, en pleine rue, que des médecins se fassent également agresser dans leur cabinet, que le nombre de vols aux domiciles des nazairiens explosent.

Ce n’est pas la grosse campagne marketing autour de l’incivilité prônée par Monsieur Samzun qui se déroule à St Nazaire pour quelques jours à grand coût de dizaines de milliers d’euros qui changera la donne. Une gabegie financière de plus pour un résultat qui sera proche du néant.

Le traitement de l’incivilité passe en premier lieu par l’éducation dès le plus jeune âge, l’accompagnement des parents en difficulté en matière d’éducation, le respect des professeurs, le respect des parents et des ainés, la valeur donné au mot « travail », « le devoir de » avant le « droit à », le respect des forces de l’ordre, la solidarité, l’implication active dans la vie de la cité, l’accompagnement sur le long terme des jeunes en difficulté scolaire, le suivi rigoureux des délinquants, par la sanction des auteurs d’actes illégaux.

L’angélisme dont fait preuve le parti socialiste me fait craindre le pire sur les signes donnés aux malfaisants de toutes sortes.

Un grand bravo à ce passant courageux qui a fait fuir ce sinistre agresseur.
et souhaitons que cette commerçante se remette de ce traumatisme.

http://www.lechodelapresquile.fr/2013/10/16/la-gerante-dun-tabac-victime-dune-agression/

Cap sur la campagne à six mois des municipales

Saint-Nazaire. La succession de Joël Batteux, après trente ans à la mairie, aiguise des appétits. La droite croit en une opportunité unique, tandis qu’à gauche, chacun pousse ses pions.

Quels que soient les résultats des urnes, au soir du 30 mars prochain, une page se tournera dans l’histoire politique de Saint-Nazaire. Le maire, Joël Batteux, constamment réélu à la tête de la ville depuis 1983, cédera son fauteuil. Une succession qui ouvre un nouveau cycle et soulève des envies. Conséquence : à moins de six mois du scrutin, la campagne débute dans les différentes familles politiques, officiellement ou plus discrètement.

À gauche, le PS a choisi, dès juin, son chef de file, l’actuel adjoint chargé de l’urbanisme, David Samzun. Élu municipal depuis 1995, il n’avait pas le soutien du maire sortant, qui lui préférait un autre adjoint, Eric Provost. L’été et la page de cette primaire passés, David Samzun est en train de constituer son équipe. Les militants peuvent exprimer, jusqu’au 5 novembre, leur souhait d’y figurer, avant une réunion de la section socialiste nazairienne, le 21 novembre. Parallèlement, la campagne va prendre un tour actif dès ce mercredi, avec une conférence de presse.

Le candidat PS aura t-il derrière lui toutes les composantes de l’actuelle majorité ? Pour l’heure, les jeux ne sont pas faits et chaque tendance cherche la meilleure stratégie pour obtenir des élus et défendre ses idées. Europe Écologie Les Verts avait, au printemps, annoncé une liste autonome, mais le parti n’exclut pas de revenir sur cette décision (lire ci-contre). Les communistes, eux, n’arrêteront leur position que début novembre, après un débat le 22 octobre. Parmi les options envisagées : faire cause commune avec le PS ou avec l’association Label Gauche. Cette dernière a d’ores et déjà annoncé, à gauche de la majorité municipale, une liste commune avec le Parti de gauche.

Parallèlement, se poursuit l’initiative prise par Nicolas Terrassier. L’ex-directeur de l’agence de l’urbanisme mène, depuis le début de l’été, une réflexion ponctuée de débats : le prochain aura lieu le 17 octobre. Objectif : monter un projet et une liste. Reste à savoir avec qui.

Enfin, d’autres listes sont encore possibles, à gauche du PS. Lutte ouvrière se positionnait d’ailleurs en ce sens, lors d’une visite de son leader Nathalie Arthaud, en avril dernier.

Le FN en lice pour la première fois ?

La droite observe ces divisions du camp d’en face et sait que la gauche, au pouvoir à l’échelle locale, départementale, régionale et nationale, peut craindre un – classique – retour de balancier dans les urnes. Dans un territoire pourtant bien ancré à gauche, elle voit là une occasion unique de se frayer un chemin. UDI, Modem et UMP devrait faire front commun derrière la candidature de Ludovic Le Merrer. Cet adhérent Modem va présenter les grandes lignes de son programme à la section locale de son parti d’ici deux semaines environ. Son souhait : s’entourer de personnalités du monde économique et social. Le centre-droit sera t-il alors uni ? Rien n’est moins sûr. La conseillère municipale Martine Dardillac, qui pensait avoir le soutien de l’UDI, veut se présenter de son côté, sans étiquette, et compte annoncer équipe et programme pour Noël.

Monter une liste, c’est également la tâche à laquelle s’est attelé Jean-Claude Blanchard, pour le Front national. Il espère la finaliser d’ici fin novembre, avec la difficulté de respecter la parité hommes-femmes. S’il y parvient, ce serait une première dans l’histoire des municipales à Saint-Nazaire.

Claire DUBOIS. Article Ouest France 09/10/2013

0522_001

Ci-dessus le lien de l’article scanné.