Quelle stratégie pour le Grand Port Maritime Nantes-Saint-Nazaire ?

Alliance du Centre et de la Droite de la Carene

Communiqué de presse

Saint-Nazaire le 8 février 2016

Faute avouée à demi pardonnée ?

David Samzun, Président de la Carène a fait part mardi dernier, aux conseillers communautaires, de sa grosse inquiétude à propos de l’activité du Grand Port Maritime. Depuis plus de dix ans, poursuit-il, il n’y a plus aucune stratégie mise en place. De qui se moque-t-on ? Des nazairiens mais aussi de l’ensemble des habitants de notre Région.

Il y a tout juste un an, le groupe ACDC avait déjà alerté sur cette baisse d’activité en demandant un état de la situation et en proposant d’envisager la création d’un grand port maritime breton (communiqué du 17 février 2015).

Le groupe ACDC rappelle que le Grand Port Maritime (GPM) est dirigé par un Conseil de Surveillance dont est membre David Samzun (socialiste) depuis son élection en 2014. Auparavant, c’est l’ancien maire Joël-Guy Batteux (socialiste) qui y siégeait. Pourquoi avoir mis deux ans pour réagir ?

Ce Conseil de Surveillance est composé aussi de Johanna Rolland maire de Nantes qui a succédé à Jean-Marc Ayrault, ancien premier ministre (socialiste), de Philippe Grosvalet, Président du Conseil Départemental (socialiste) et ancien conseiller municipal de Saint Nazaire.

En outre, cinq représentants de l’Etat (socialiste) y siègent également. Il est à noter que les membres privés (opérateurs) ont été remplacés petit à petit et que Joël-Guy Batteux y siège également en tant que personne qualifiée.

Est-ce l’arrivée récente de Bruno Retailleau (Les Républicains), nouveau Président de la Région ayant remplacé Jacques Auxiette (socialiste), qui permet à tout ce monde de recouvrer la vue ?

Depuis 2004, le Grand Port Maritime est géré par le parti socialiste en petit comité et on nous dit aujourd’hui que le Port va mal. Effectivement, le tonnage global est tombé de 31 millions de tonnes à seulement 25,1 millions de tonnes en 2015 soit – 20% en quelques années soit le record national parmi tous nos principaux ports ! Quelle est la stratégie poursuivie ?

Il y a tout juste un an, le groupe ACDC avait déjà alerté sur cette baisse d’activité en demandant un état de la situation et en proposant d’envisager la création d’un grand port maritime breton pour faire face à la concurrence internationale (communiqué du 17 février 2015). A ce jour rien n’a été fait alors que le temps presse.

Le groupe ACDC demande que soient présentés dans les meilleurs délais, en conseil communautaire, un bilan précis de l’action des élus membres du conseil de surveillance ainsi qu’un plan stratégique de développement d’envergure pour le Grand Port Maritime, poumon économique de notre territoire.

Ludovic Le Merrer,

Président du groupe ACDC, Alliance du Centre et de la Droite de la Carene

David Samzun : 2 poids 2 mesures

 

Commentaire de David Samzun, maire de Saint Nazaire : « irrespect, rétrogade , sexiste »

David Samzun sur Twitter _ _Irrespect , rétrograde, sexiste… https___t

Conséquence de cet abus de langage du Maire de trignac (droite) : Ses délégations de présidence de commission à la Carene lui ont été retirées par David Samzun !

Et pour Martin Arnout qui insulte, en pleine séance du conseil municipal Florence Beuvelet, élue Les Républicains du groupe DésirS de Ville   :   AUCUN COMMENTAIRE ET AUCUNE CONDAMNATION DE CET ABUS DE LANGAGE DE LA PART DE SON JEUNE ADJOINT AUX FINANCES !!!

http://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/saint-nazaire-44600/desirs-de-ville-denonce-un-malaise-4010690

 

 

 

RAS LE BOL : nous exigeons le respect

Le groupe désirsdeville, MODEM,UDI, Les Républicains, alerte sur les dérives de l’équipe conduite par Monsieur Samzun, tant au niveau de la place faite à l’opposition, qu’au niveau du manque de respect de base à l’égard des élus

En deux ans le bilan est symptomatique d’un malaise grave, à Saint-Nazaire le sens que l’on veut donner au mot « démocratie »  n’est qu’un concept, rabâché par la majorité socialiste mais n’est aucunement appliqué dans les faits.

Une fois élu, David Samzun Maire de Saint Nazaire et président de l’agglomération a :

–          Supprimé la commission des ressources humaines : il vient de la restaurer « à son avantage »  après avoir déjà réorganisé les services et procédé à nombre de recrutements « sans nous consulter » ;

–          Remplacé la réunion de pré conseil entre le Maire et les présidents de l’opposition par une réunion avec son directeur de cabinet ;

–          Avancé le conseil municipal à 15h  ;

–          Diminué l’espace d’expression politique laissé à l’opposition dans le magazine municipal ;

–          Refusé une tribune de l’opposition dans le journal de la CARENE ;

–          Supprimé le poste de chargé de mission à la disposition des groupes politiques à la CARENE ;

–          Refusé de communiquer à la commission des finances, les résultats de l’audit des missions sur le degré d’efficacité  de l’ action politique. Document qui a servi  à la construction des budgets 2015, 2016 et du plan stratégique 2016-2024.

La commission des finances dont il m’a donné la présidence est une commission qui ne dispose d’aucun pouvoir  :

–          Impossibilité de saisir directement les services techniques ;

–          Sous prétexte que le Plan stratégique 2016-2024 répond au programme électoral du PS, il est imposé à tous sans consultation, ni des groupes d’oppositions, ni des Nazairiens, alors même que ce plan engage notre  ville pour 200 millions d’euros sur 8 ans et double la dette !!!

–          Refus de faire voter les subventions des associations par catégorie (Sportives, Culturelles, Caritatives, Educatives, etc…)

Plus grave encore, depuis un an,  le groupe désirs de ville, MODEM,UDI, Les Républicains,assiste de la part à la majorité socialiste à l’augmentation des  dérapages verbaux en séance du conseil municipal , à une multiplication d’attaques personnelles et de sous-entendus  mensongers. Nos propos sont régulièrement niés, dénaturés, raillés.

En novembre, le groupe désirs de ville, a dû intervenir pour rappeler aux élus de la majorité de faire preuve davantage de respect lors de nos interventions et notamment de cesser leurs bavardages et « moqueries »lors des allocutions  de notre collègue Florence Beuvelet, désormais déléguée de circonscription « Les républicains ».

Lors du Conseil municipal du 29 janvier dernier, Monsieur Arnout, Adjoint en charge des finances de la ville, qui n’en est pas à son premier coup d’essai, a insulté en pleine séance Florence Beuvelet en la qualifiant de « guignol » sans que le maire, président de cette assemblée ne réagisse.

Ce manque total de respect n’est pas tolérable :

–          Nous demandons à Monsieur Arnout de présenter des excuses publiques à Mme Beuvelet, à défaut une saisine du procureur de la république sera effectuée conformément au règlement intérieur de notre assemblée.

Notre collègue élue  mérite le respect.

Les élus du groupe DésirS de Ville

Conseil communautaire du 2 février 2016

oPWznkAdjdmZs4Jed5Bpi_gtXxocarene 02022016²ALLIANCE DU CENTRE ET DE LA DROITE DE LA CARENE ( ACDC)

Conseil communautaire du 2 février 2016

Au cours de ce conseil, notre groupe a une fois de plus démontré qu’il constituait le seul groupe d’opposition à la majorité socialiste de la Carene.

Nous n’avons pas souhaité donné un blanc-seing à la majorité socialiste pour dérouler un plan stratégique se voulant ambitieux mais sous estimant le manque de moyens financiers et augmentant le poids de la dette.

Nous nous sommes abstenus sur les délibérations portant sur  les attributions de postes et la recomposition  des commissions. A quand une commission d’optimisation de la dépense publique ?

Nous avons enfin refusé de voter favorablement à la présentation du rapport d’orientation budgétaire 2016 dont la seule orientation consiste à créer à nouveau de la dette en se plaignant des baisses des dotations de l’Etat sans s’interroger sur les économies à réaliser sur les dépenses de fonctionnement.

Ludovic Le Merrer, UDI : Délibération 1 : Plan stratégique 2016-2022

Monsieur le président, chers collègues,

La priorité des priorités selon vous, c’est la solidarité.

Pour nous , la priorités de priorités , c’est l’emploi, c’est la dynamisation de l’économie de notre territoire.

Le champ territorial d’action que vous vous fixez est trop étroit au sein de la carene. Nous devons travailler à une fusion avec les agglomérations voisines. J’aurai l’occasion d’en dire davantage lors de mon intervention sur la délibération 8.

Nous aurions souhaité moins de projets pour tenir compte du cap financier contraint et un respect de vos engagements de ne pas alourdir la dette.

Engagements que vous aviez pris ici même, en séance, et engagements déjà non tenus.

Vos objectifs sont bien trop nombreux et non hiérarchisés. Nous craignons que vous n’ayez pas les moyens de vos ambitions.

Comme vous l’avez précisé ce plan stratégique constitue vos orientations .

Nous ne voterons pas contre ce plan, vous laissant le crédit d’essayer de parvenir à atteindre vos objectifs mais craignons que les pompes du financement ne se tarissent plus vite que vous ne le pensez.

Aussi nous nous abstiendrons.

Je vous remercie.

Ludovic Le Merrer, UDI : Délibération 8 : Rapport d’orientation budgétaire 2016

Monsieur le président, Chers collègues,

Tout d’abord un grand merci à Marie Anne Halgand, Monsieur Rotureau pour cet exposé clair et précis.

Monsieur Arnout, vous vous alarmez des conséquences financières du fonds de péréquation intercommunal pour la carene. Y aurait-il une différence dans votre pensée entre être solidaire entre nous mais pas solidaires avec les autres ?

Le FPIC est le garant d’une répartition équitable de nos richesses au bénéfice des communes qui n’ont pas la chance, comme nous, de bénéficier d’un bassin industriel comme le nôtre.

Une solidarité à deux vitesses, voilà ce que vous proposez Monsieur Arnout, et cela interroge …

Le constat de la morosité nationale décrite dans votre exposé est malheureusement sans appel. Depuis l’arrivée de François Hollande et de vos amis politiques aux commandes de notre pays, le nombre de chômeurs a progressé de 20% alors même que dans le même temps il a reculé de 10% dans l’union européenne. C’est 600.000 chômeurs de plus en France alors que l’Allemagne en a perdu 400.000 et le Royaume Uni 800.000.

Et ce n’est pas le plan emploi –apprentissage édicté dans la panique  la plus totale qui changera quoi que ce soit.

Rénovation du code du travail, assouplissement des 35h, baisse drastique des charges sociales et des dépenses publiques de fonctionnement, politique des grands travaux, lancement des travaux de l’aéroport de Notre Dame des Landes, voilà à quoi il convient de s’atteler urgemment.

Aucune des importantes anomalies de l’économie française n’ont à ce jour été corrigées malgré l’urgence de la situation et la belle fenêtre de tir que représente l’effondrement des cours du pétrole.

Les dépenses publiques sont passées de 55,9% du PIB en 2011 à 57,2% en 2015. Seule la Finlande nous dépasse.

La France est le deuxième pays affichant le taux de prélèvement obligatoires le plus élevé avec  45% en raison de cotisations sociales parmi les plus fortes du monde (37% des prélèvements obligatoires contre 26,1% en moyenne dans les autres pays)

Alors que depuis deux ans la dette diminue dans la zone euro, elle va atteindre un niveau jamais égalé en France, soit 97,1% du PIB . Pour rappel , il était de 85,2% en 2011.

Alors que l’Allemagne dégage un excédent record de 12 milliards , la France présente un déficit budgétaire record de 70,5 milliards d’euros.

En 2016 la croissance attendue en France est de 1,4% et devrait selon les prévisions de la commission européenne chargée de la zone euro se plaçait derrière L’Allemagne, le Royaume uni, l’Espagne, et même derrière l’Italie.

La grande différence entre ces pays et nous : ils ont réformé en profondeur leurs économies.

Concernant notre territoire, les chiffres avancés posent véritablement question. Comment expliquer un chômage supérieur à la moyenne départemental et régionale alors même que nous concentrons les entreprises pourvoyeuses d’emplois de la région et que les carnets de commande notamment d’airbus et des chantiers sont pleins.

Comment expliquez-vous une telle différence ?

Quel est votre plan d’action pour remédier à cet état de fait ?

L’an dernier vous avez augmenté la cotisation foncière des entreprises, nous sommes les seuls de cette assemblée à nous y être opposés.

Y a-t-il eu davantage de créations d’entreprises sur notre territoire ?

Combien d’entreprises ont fermé boutique ?

Le taux de chômage sur notre territoire ne varie pas et reste supérieur à la moyenne départementale et régionale. Comment expliquez-vous cela, alors que vous mettez en exergue le dynamisme des acteurs de notre territoire.

Vous nous expliquez que la conjoncture est difficile, que les ressources diminuent et que les contraintes légales obèrent vos capacités

L’an dernier, je vous ai exposé le cas de Lorient agglomération composé désormais de 25 communes, 205.000 habitants sur 738 km2 et représenté par 66 conseilleurs communautaires soit 6 conseillers de plus qu’à la CARENE pour un nombre d’habitants deux fois plus grand .

Vous nous avez expliqué que vous aviez initié des discussions avec nos homologues des agglomérations limitrophes, qu’en est-il ? Envisagez-vous de fusionner avec d’autres intercommunalités pour accroitre les forces de notre territoire et optimiser ainsi les moyens ?

Nous sommes convaincus que cela constitue une piste sérieuse pour sortir de ce marasme économique  et doper le dynamisme notre territoire de proximité et donc baisser le nombre de chômeurs.

En 2014,  vous nous aviez précisé votre intention, je vous cite, « de ne pas alourdir la dette pour les générations futures ».

Promesse ton tenue !! car vous nous nous précisez que la capacité de désendettement va augmenter pour passer de  3 à près de 5 ans en 2022, soit près de 24 milllions d’encours de dette supplémentaire par rapport à aujourd’hui.

De la dette, encore de la dette, qui pèsera une fois de plus sur le pouvoir d’achat des classes moyennes et bien évidemment sur nos enfants.

Convaincus qu’en jouant le statut quo au niveau de la taille de notre agglomération et l’augmentation de la dette, vous vous trompez, nous ne voterons pas favorablement vos orientations.

Monsieur le président, chers collègues, je vous remercie.