Saint Nazaire Magazine d’octobre 2016

au-pourcentage-ou-au-forfait--5412cropped-1510364_655807394483291_1505533459_n.jpg

 

SANT-NAZER tête de proue d’une réunification économique, sociale et politique bretonne.

La Bretagne à 5 départements est une réalité dans les faits. Le découpage administratif de la réforme territoriale n’y change rien. Les Pays de Loire forment désormais une des plus petites régions de France.

A l’heure de la mondialisation des échanges, un tel découpage basé sur des préoccupations politiciennes ne peut perdurer. Le référendum portant sur la création de l’aéroport de Notre Dame Des Landes a permis à la population d’exprimer son avis. Pourquoi refuser un référendum sur la réunification de la Bretagne ?

La Loire Atlantique, l’Ille-et-Vilaine, le Finistère, les Côtes d’Armor et le Morbihan présentent une économie complémentaire avec pour point commun le volet maritime : construction navale, trafic maritime, énergies renouvelables marines, pêche, tourisme, etc.

Les coopérations entre institutions, collectivités territoriales et entreprises ne cessent de se développer démontrant une véritable synergie naturelle entre nos 5 départements.

Notre ville a signé la charte YA D’AR BREZHONEG et nous avons salué en son temps la pose de panneaux bilingues aux entrées de Saint-Nazaire ainsi que de quelques drapeaux bretons. Nous regrettons néanmoins, que sitôt la charte signée, l’îlot de Trelan soit rebaptisé « Montesquieu » sans autre forme de procès.

Nous regrettons également qu’à l’occasion de la rénovation de la gare, des panneaux bilingues ne soient pas prévus comme cela se fait déjà ailleurs.

Nous regrettons enfin que les noms de bretons célèbres liés à Saint-Nazaire tels que René Yves Creston, Kerviler, le navigateur Loïc Fougeron ou Anne de Bretagne par exemple soient proscrits.

Nous demandons davantage de démocratie pour permettre aux nazairiens de s’exprimer sur la réunification de la Bretagne via un référendum local. MODEM : JM. TEXIER, V. BOUTET-CAILLE, D. TRIGODET / UDI : L. LE MERRER / LR : F. BEUVELET http://www.desirsdeville.com / desirsdeville@gmail.com

Sant-Nazer enfin en lettres capitales aux portes de Saint-Nazaire.

sant nazerLa valorisation de l’identité bretonne de notre ville a constitué un axe important de notre programme aux dernières municipales. La double toponymie faisait en effet partie des 200 actions concrètes proposées aux nazairiens.

Depuis notre élection, nous n’avons eu de cesse de plaider pour la reconnaissance et la valorisation de l’histoire et de la culture bretonne de notre ville.

Nous sommes très heureux de constater qu’enfin, Sant Nazaire bénéficie de la double toponymie à chaque entrée de ville à l’exception de celle du pont de la matte, pour l’instant…

C’est une juste reconnaissance de la véritable histoire de notre ville et du combat de tous les militants bretons nazairiens qui depuis des dizaines d’années ne se sont jamais découragés.

Première étape de la prise en compte de l’histoire et de la culture bretonne de notre ville, après la double toponymie, nous espérons que très rapidement, le drapeau breton pourra être de nouveau hissé au fronton de la mairie et qu’un référendum sur la réunification de la Bretagne puisse être organisé à Saint Nazaire ainsi que dans l’ensemble des villes de Loire Atlantique.

Le combat continue.

Les élus du groupe d’Union du Centre et de la Droite « DésirS de Ville »

Saint-Nazaire

http://desirsdeville.com

http://fr-fr.facebook.com/ddvsaintnazaire

Conseil municipal du 3 octobre 2014 : Les élus de DésirS de Ville en avant sur tous les sujets de fond

10541807_709533989129117_104421675026167577_nInterventions au conseil municipal des élus du groupe « DésirS de Ville » 

l’Union du Centre et de la Droite à Saint Nazaire

 

https://desirsdeville.com/

https://fr-fr.facebook.com/ddvsaintnazaire

 Synthèse des interventions du groupe DésirS de ville : 

  • Subvention pour Gaza : Abstention des élus DDV, hommage aux humanitaires et proposition de création d’une commission d’attribution d’aides en lien avec les acteurs associatifs locaux
  • Refus des élus DDV de limiter les libertés individuelles : clôtures des particuliers, ravalements de façades
  • Les élus DDV favorables à l’embellissement de la ville en enfouissant les câbles électriques et téléphoniques
  • Mise en avant du bilan calamiteux de la politique du logement depuis 10 ans à St Nazaire (1800 habitants en moins, 2900 logements vacants et nouveaux logements trop petits
  • Les élus de DDV défavorables aux dépenses somptuaires de rénovation de la salle du conseil municipal
  • Les élus DDV souhaitent des logements pour étudiants en centre-ville
  • Les élus DDV contre les changements arbitraires de nom de rues sans concertation préalable avec les habitants du quartier
  • Les élus DDv demandent un référendum sur le rattachement de la bretagne
  • Les élus DDV demandent que les enquêtes publiques ne soient pas faites dans la précipitation
  • Les élus DDV regrettent le retard pris par la commune dans la mise aux normes du réseau d’assainissement
  • Les élus DDV sont consternés par le saccage perpétré au sein de l’école Bayet Escurat.
  • Les élus DDV critiquent la politique culturelle de Saint- Nazaire : une culture du paraitre au détriment d’une culture de l’être
  • les élus DDV critiquent une gestion dispendieuse des ressources humaines : beaucoup de création de postes et de recrutement de contractuels au détriment des évolutions de carrière des titulaires

Pour consulter l’intégralité de nos interventions, cliquer ci dessous :

https://desirsdeville.com/interventions-des-elus-au-conseil-municipal/

1ère conférence de rentrée : DésirS d’offensive des élus UDI-MODEM-UMP du groupe DésirS de Ville

apres-le-choc-de-la-scission-loffensive-de-rentreeNous avons tenu notre conférence de presse de rentrée ce lundi 8 septembre 2014.Un grand merci aux journalistes présents. Les articles qui sont parus reflètent fidèlement nos positions.
pour lire les articles, cliquer ci dessous
Le groupe Désirs de Ville passe effectivement à l’offensive en s’emparant des sujets qui intéressent et préoccupent  les nazariens tout en faisant le bilan de 5 mois de mandats.
Nous avons notamment pu préciser que la scission créée à l’initiative de Mme Vandeuren, M Duval et M Vincent relevait d’initiatives purement personnelles guidées par des ambitions également personnelles, en aucun cas validées par les instances locales ni de l’UMP ni de l’UDI et encore moins par leurs adhérents.
Passé le choc de la trahison et du manque de loyauté, nous nous sommes rapidement ressaisis pour nous mettre au travail et intervenir sur tous les sujets intéressant les nazairiens.
Notre groupe a pour vocation de représenter les centristes et la droite républicaine à St nazaire :
Le seul groupe d’opposition représentant l’UDI le MODEM et l’UMP à St Nazaire, c’est « DésirS de Ville »
Nous nous faisons fort de continuer à représenter dignement les nazairiens et d’assurer notre rôle de leader de l’opposition à Saint Nazaire.
Le groupe d’union du centre et de la droite, DésirS de Ville

Conseil municipal du 27 juin 2014 : Le groupe d’union du centre et de la droite, DésirS de Ville : unique force d’opposition à Saint Nazaire

 Nos interventions au conseil municipal du 27 juin 2014

Ce conseil municipal a été caractérisé par deux événements d’importance :

  Le groupe des écologistes, membre de la majorité a voté favorablement à l’extension de l’urbanisation de la zone commerciale de l’immaculé. Nous avons pour notre part bien évidemment voté contre, pour deux motifs : l’impact écologique et la   concurrence supplémentaire vis-à-vis des commerces de centre ville qui sont déjà à l’agonie.

  Nous sommes le seul groupe  d’opposition à avoir voté contre le projet de texte visant à condamner le hissage du drapeau breton. Nous avons demandé au Maire de pacifier et d’organiser les débats autour de la réforme territoriale. Nous avons demandé que la question de la réunification de la Bretagne soit soumise au vote des élus du conseil municipal et qu’un référendum populaire soit organisé.

Nous avons proposé la mise en place d’une charte de déontologie des élus à l’instar de ce qui vient de se faire à Nantes et critiqué la diminution de notre espace d’expression dans le Saint Nazaire magazine.

 Les autres thèmes que nous avons abordés :

 –          la proposition de nommer un élu référent en matière de sécurité et pas uniquement en matière de sécurité routière ;

–          La proposition de baisser les impôts rendue possible à la lecture du bilan de gestion 2013 de la commune ;

–          L’ouverture des groupements de commande de la carene aux autres communes des agglomérations adjacentes ;

–           Notre refus de voir se développer les zones commerciales périphériques autour de Saint Nazaire compte tenu de leur impact négatif sur la vie des commerces de centre ville ;

–          L’évaluation de l’impact économique de la politique culturelle en prenant l’exemple du festival « les escales » ;

–          Le soutien aux clubs sportifs et l’encouragement à développer des partenariats financiers avec les entreprises du bassin nazairien

–          L’intégration des enfants handicapés en milieu scolaire et la prise en compte des difficultés rencontrées par les commerçants de ville en matière d’accessibilité ;

–          L’encouragement à développer les formes alternatives d’accueil des jeunes enfants pour tenir compte notamment des horaires atypiques

 Détails de nos interventions :

Ludovic Le Merrer : Proposition d’une charte de déontologie des élus

Monsieur le Maire, chers collègues

 Madame le Maire de Nantes vient de faire adopter une charte de déontologie devant être signée par chaque conseiller de sa municipalité. Nous saluons cette initiative visant à restaurer la confiance avec les concitoyens. Cette charte engage les élus de tous bords à faire œuvre de transparence et à respecter des principes éthiques. Une telle charte semble intéressante à mettre en place à Saint Nazaire, tant ces principes pourtant essentiels, ne semblent pas partagés par tous

Nous considérons que l’exemplarité doit servir de fil conducteur à nos actions au quotidien.

Aussi nous suggérons que vous puissiez vous inspirer de l’exemple nantais, une fois n’est pas coutume, et proposer une charte de même nature à notre assemblée.

Ludovic Le Merrer : Droit d’expression de l’opposition dans le saint nazaire magazine

Second point, notre groupe politique « Désirs de Ville » constitue toujours, le principal groupe d’opposition à Saint Nazaire ;

En conséquence, il n’est pas admissible que les règles du droit d’expression des groupes politiques aient été modifiées deux mois après votre prise de fonction.

Nous disposions jusqu’à présent et c’était également le cas sous la mandature de Monsieur Batteux, de 535 caractères par élu. L’opposition bénéficiait ainsi d’une juste répartition en matière d’expression écrite dans le journal municipal. Cela permettait ainsi à chaque élu d’un groupe politique de pouvoir s’exprimer tout en tenant compte de l’importance relative de chacun des groupes.

Vous avez décidé de revenir sur ce principe dans le dernier journal municipal en égalisant l’espace d’expression entre les groupes politiques sans tenir compte de l’importance de la taille de chacun des groupes, ce qui pose un problème de représentativité réelle.

Il est inadmissible de privilégier la mise en forme sur le fond.

Comment ferez vous si demain un 4ème groupe d’opposition se créé et que le groupe « Désirs de ville » se maintient à 5 élus ? Les électeurs nazairiens devront ils acquérir une loupe pour déchiffrer nos tribunes. La question se pose également pour les groupes de votre majorité.

Aussi nous vous demandons de bien vouloir réétudier cette règle de répartition des espaces d’expression politique et revenir à ce qui existait antérieurement et qui pour le coup constituait une règle juste et équilibrée.

Monsieur le Maire, chers collègues, je vous remercie.

Ludovic Le Merrer : Refus du vote d’un texte proposé par le Maire condamnant le hissage du drapeau breton

Monsieur le Maire, chers collègues

Nous demander de nous positionner sur ce texte est pour le moins surprenant. Avoir retiré le drapeau breton hissé par votre prédécesseur, Monsieur Batteux, alors même que rien ne vous y obligeait.

Avoir oublié la présence permanente du drapeau breton au fronton de la mairie du temps d’Etienne Caux, qui n’était à notre connaissance pas indépendantiste breton.

Et nous demander aujourd’hui, de cautionner un texte diabolisant le hissage du drapeau breton à côté du drapeau français interpelle sur sons sens caché. Nos amis britanniques sont toujours très honorés de découvrir les drapeaux bretons tenus à bras d’hommes lors des cérémonies de l’Opération Chariot et du Lancastria. En 2010, le commandant de la frégate Campbeltown fit monter des Nazairiens sur son navire avec le Gwenn ha Du et se fit prendre en photo sous les couleurs bretonnes – il est vrai que les Britanniques ne souffrent d’aucune crispation identitaire, y compris dans la Navy, avec les identités écossaises et galloises

En ces jours de débats sur la réforme territoriale, nous estimons qu’il est nécessaire de par vos fonctions de premier magistrat de notre ville de pacifier les dits débats et de ne pas les envenimer, d’organiser le dialogue autour du rattachement de la loire atlantique à la Bretagne, et d’envisager un vote au sein de ce conseil municipal ainsi qu’un référendum local.

Nous considérons qu’en la circonstance, il n’y a pas d’outrage au monument aux morts et qu’au contraire faire flotter côte à côte le drapeau français et le drapeau breton devant notre colombe de métal, signe de paix est un signe de reconnaissances de fierté vis-à-vis des bretons nazairiens morts pour leur pays, la France. Nous pourrions même en ajouter un troisième, le drapeau européen.

Nous voterons donc contre.

Monsieur le Maire, chers collègues, je vous remercie.

Ludovic Le Merrer : Délibération 6. Sécurité routière

Monsieur Le Maire, chers collègues,

Il nous est demandé de nous prononcer sur la nomination d’un élu référent en matière de sécurité routière. Bien évidemment nous soutenons sans réserve l’implication de la collectivité en la matière et souhaitons à ce titre une politique pro active pour prévenir autant que faire se peut l’insécurité sur nos routes et notamment devant les écoles et autres lieux publics.

Le prisme de la sécurité s’entendant de manière très large, il nous semble important qu’un même élu puisse pouvoir être référent en matière de sécurité mais pas uniquement en matière de sécurité routière. Le dernier braquage du mac donalds d’Oceanis est un exemple dont il faut prendre la mesure. Le développement de ce type de restaurants rapide ouverts tous les jours de la semaine jusqu’à des heures très tardives, en zone péri urbaine, à proximité de voies d’accès rapide, au sein de complexes commerciaux fermés le dimanche et le soir, pose question quant à la sécurité des personnels qui y travaillent.

La sécurité revêt en conséquence un caractère polymorphe qui va jusqu’à penser la future sécurité d’un lieu avant même la délivrance d’un permis de construire.

Avoir au sein de l’équipe municipale, un élu référent « sécurité » permettrait ainsi à ce dernier de pouvoir avoir une vision très large des problématiques  de sécurité sur notre territoire et ainsi pouvoir faciliter, favoriser la transversalité nécessaire entre les différents acteurs locaux intervenant sur ce domaine.

Plus encore cet élu, en étant proche du terrain pourrait ainsi faire émerger toutes les difficultés rencontrées par les habitants et commerçants de notre ville et mettre en avant des propositions visant à prévenir toutes formes d’insécurité et ceci en lien avec les différents acteurs locaux.

Enfin, à l’heure où l’on parle de réorganisation territoriale, il apparait plus que  nécessaire que cet élu référent en matière de sécurité pour le compte de la ville puisse également travailler en lien étroit avec ses homologues des villes limitrophes et pas uniquement de la carene.

Monsieur le Maire, chers collègues, je vous remercie

Ludovic Le Merrer : Délibération 8. compte administratif

Monsieur le Maire, chers collègues

A la lecture du compte administratif de l’exercice 2013, il apparait que les comptes de notre commune s’avèrent relativement sains, malgré les importants investissements de ces dernières années.

Le taux d’endettement reste faible au regard des communes et agglomérations de taille équivalentes.

Les emprunts structurés dits toxiques sont limités à 10 % du capital restant. environ 3 millions et seront soldés d’ici 2 ans. Il est de votre responsabilité de ne pas retomber dans ce piège dans le quel tant de communes sont tombées.

Aussi convient-il de saluer la saine gestion de l’ exercice écoulé.

Toutefois, l’importance de l’épargne nette cumulée, année après année pose question quant à la sincérité des montants de dépenses prévisionnelles soumise à notre vote. Surestimer des prévisions de dépenses pour être certains de pouvoir cumuler des excédents permet il est vrai de ne pas se poser la question de la baisse de l’imposition fiscale. Alors même que les contribuables souffrent d’un raz le bol fiscal qui va galopant, dégager de tels niveaux d’excédents tirés d’une fiscalisation trop élevée par rapport aux besoins du territoire concerné devient à la limite indécent.

Certes vous pourrez rétorquer que plus le niveau d’épargne est élevé plus le taux de recours à l’emprunt est faible. Mais est-ce le rôle d’une collectivité de thésauriser à ce point. Le montant des recettes ne doit-il pas correspondre tout bonnement au montant des dépenses prévisionnelles ?

Ensuite le niveau d’investissement de notre commune, au cours de ces derniers exercices est quasiment le double de celui des villes de taille équivalente. Le rattrapage d’un retard cumulé c’est évident.

Pour réaliser tous ces investissements, vous avez donc du prélever dans ce bas de laine. Saine précaution direz-vous. Mais vous êtes vous réellement posé la question de l’évaluation des politiques publiques comme gage d’économies. Nous ne doutons pas une seule seconde que cette optique fera partie de vos objectifs à venir.

D’autre part, il apparaît fondamental, quand on regarde ce bilan,  eu égard aux objectifs que vous êtes assignés, à savoir aucune augmentation des impôts pendant la durée de votre mandat, de nous expliciter lorsqu’il sera question de présenter le budget 2015, la manière dont vous vous y prendrez.

Plus de dépenses de fonctionnement liés mathématiquement à l’augmentation naturelle des charges générales et des coûts de la masse salariale qui représente 50% des dépenses totale, un taux d’épargne net qui va mathématiquement baisser, une population qui diminue depuis plusieurs années. Quels seront vos marges de manœuvre ?

La baisse des dotations de l’Etat est actée depuis de nombreuses années, il s’agit d’une ressource à évolution tendancielle négative. C’est ainsi et il convient d’anticiper à maxima sa baisse en trouvant de nouvelles sources d’économie ou en augmentant l’attractivité de notre territoire pour de nouveaux ménages à même de payer des impôts. Nous espérons que vous saurez trouver les bonnes idées pour répondre à ces enjeux importants.

Monsieur Le Maire, chers collègues, je vous remercie.

Ludovic Le Merrer : Délibération 14 et suivantes groupements de commande

Monsieur le Maire, chers collègues

Nous tenons à saluer la volonté de la collectivité de multiplier les participations à des groupements de commande. Cela permet effectivement de pouvoir engranger des économies d’échelle dans le  cadre des commandes publiques. Nous demandons seulement à ce que la sphère des communes y participant soit élargie a maxima et que les agglomérations adjacentes à la carene soient ainsi conviées à y participer.

Monsieur le Maire, chers collègues, je vous remercie.

Ludovic Le Merrer : Délibération 41. Extension de la zone d’urbanisation du point du jour

Monsieur le Maire, chers collègues

Il nous est demandé de nous positionner sur une nouvelle zone d’urbanisation autour du secteur commercial du point du jour à l’immaculé.

Vous précisez même qu’il s’agit « d’un site privilégié à développer car susceptible d’apporter une offre commerciale nouvelle et différenciée pour le territoire. »

Le site privilégié à développer pouvant offrir lui aussi une offre commerciale nouvelle n’est-il pas notre centre-ville dont les fermetures continuent malheureusement, inéluctablement à se multiplier.

La multiplication des zones commerciales périphériques outre le fait de grignoter petit à petit nos espaces de terres arables et espaces verts, sonne le glas des commerçants de proximité et de centre ville.

N’est-il pas temps de se poser les bonnes questions afin de commencer à y apporter de bonnes réponses et mettre une pause dans le développement des zones commerciales périphériques.

Ceinturé par trois zones commerciales et concurrencé par les zones commerciales en pleine expansion de la baule, Guérande, Savenay, st brévin les pins, l’heure est à la consolidation des zones existantes du bassin de la carene et à la revitalisation de notre centre-ville.

Le droit à l’erreur dans un schéma de programmation peut s’entendre, la persistance dans l’erreur est incompréhensible.

 Raisons pour lesquelles nous voterons contre ce projet de modification du plan local d’urbanisme que vous jugez mineure peut être mais dont les conséquences peuvent devenir majeures dans l’aggravation de la situation des commerces de centre ville qui ferment ou peinent à survivre.

Monsieur le Maire, chers collègues, je vous remercie.

Florence Beuvelet : Délibération 23 : Les escales

Monsieur Le Maire, chers collègues,

34 000 entrées payantes en 2013, une belle affiche en perspective et un taux de réservation très satisfaisant, un réel succès pour les escales depuis 23 ans.

Le budget de l’association les escales s’élève à 1 350 000 euros pour 2 jours, 46 % des recettes proviennent des collectivités publiques, 600 000 euros de dotation de la ville de Saint-Nazaire.

Nous nous posons la question de la plus value pour la ville.

Monsieur Le Maire à l’occasion de la présentation des évènements culturels vous avez rappelé l’impérieuse nécessité de développer l’attractivité de Saint-Nazaire et je cite «  en stimulant le centre-ville ».

Nous vous suivons, mais il faut s’en donner les moyens…A-t-on fait des études afin de mesurer les retombées économiques ? Si en effet un événement tel que les Escales est structurant pour la ville, il faut en évaluer l’impact.  Et reconsidérer la politique culturelle globale de la ville.

Monsieur le Maire, chers collègues, je vous remercie.

 

Jean Michel Texier : Délibérations 19 à 22 : Soutien aux clubs sportifs et encouragement des partenariats financiers des entreprises

Monsieur Le Maire, chers collègues,

Les délibérations 19 à 22 sont ici, une nouvelle fois, l’occasion de mesurer l’implication financière de la municipalité envers ses clubs de sports de haut niveau, mais aussi de bien d’autres clubs sportifs à travers les subventions de l’OMS.

Culturellement, la municipalité de Saint-Nazaire a toujours soutenu la pratique du sport en club et cela est visible à la lecture des chiffres : 32% des Nazairiens sont licenciés en clubs contre 29% sur la scène nationale.

Le sport est un vecteur Social, et la visibilité au plus haut niveau un vecteur d’attractivité, nous soutiendrons l’approbation de ces délibérations.

Plus que le support financier, sonnant et trébuchant, la municipalité, parfois associée à la CARENE, met des moyens humains, matériels et développe des infrastructures. En plus de répondre aux besoins de nos établissements scolaires, ces infrastructures doivent être en nombre suffisant pour permettre à nos clubs d’élites de progresser. Le dernier exemple étant le Gymnase Henri FOGEL qui permettra au club Résident, ici le Handball de pouvoir valider l’ascension de leur équipe 1 en Nationale 2. En attendant l’ouverture de ce gymnase, ils joueront sous dérogation dans leur salle actuelle.

Nous attirons votre attention Monsieur Le Maire, chers collègues, sur 3 points :

La première étant l’enveloppe financière que cela représente, la municipalité n’atteint-elle pas ses limites ? et si non quelles sont-elles ?

La seconde concernant les partenariats d’entreprises ou privés. La municipalité ne doit pas être le seul acteur de développement de nos clubs sportifs, si nous souhaitons aller plus loin dans notre démarches de développement et d’attractivité, nous devons avoir une réflexion sur le partenariat d’entreprises ou privés et aider nos clubs à développer ce point.

Et la dernière étant d’accroître la communication des rencontres importantes qui ont lieu sur notre ville, la technique d’affichage « feu rouge » restant d’un ancien temps.

Monsieur Le Maire, chers collègues, je vous remercie

Virginie Boutet-Caillé : Délibération 29, Handicap et Autonomie : quelle aide pour la mise en accessibilité des commerces de ville ?

Monsieur Le Maire, chers collègues,

Le Rapport Annuel Handicap et Autonomie, est pour chacun de nous l’occasion de mesurer d’année en année le travail accompli par les services municipaux et par les nombreuses associations qui œuvrent au quotidien pour cette grande cause. Regarder en arrière nous permet aussi de mieux apprécier les évolutions positives depuis le 11 février 2005.

En se donnant les moyens d’une politique d’intégration des personnes en situation de handicap, notre ville a acquis une expérience dans ce domaine dont elle doit pouvoir faire bénéficier les petites municipalités, notamment dans la Carène. Pour ces petites communes, malgré le report de la loi handicap, il y a urgence à faire les travaux de mises en accessibilité. Elles manquent de moyens suffisants pour régler toutes les contraintes techniques des normes et peinent à mettre en conformité leurs bâtiments publics. Saint-Nazaire a bien avancé sur le sujet, c’est pourquoi, nous sommes particulièrement satisfait de l’élargissement du périmètre de la mission handicap, cela répond à un des souhaits que nous avions formulés en mai 2013.

Notre Commission Communale d’Accessibilité aux Personnes Handicapées peut ainsi valoriser son savoir-faire auprès de ces communes, comme elle pourrait également le faire auprès des entreprises privées de notre territoire qui ont les mêmes problématiques et doivent répondre aux même exigences légales et morales auprès des personnes en situations de handicap qui y travaillent ou s’y rendent ponctuellement. 120 000 personnes sont licenciées chaque année en France pour « inaptitude ». C’est inacceptable. Il faut aider les entreprises à conserver les salariés sur des postes adaptés.

L’aménagement des postes de travail, l’amélioration des conditions de vie, la facilitation de l’insertion professionnelle et l’apprentissage. C’est ce type d’aides qu’offre le Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique, fond avec lequel notre ville a signé une convention, comme l’indique le rapport annuel.

Le FIPHFP, après un démarrage difficile et une mise en cause en 2007 par la Cour des comptes, qui pointait le “contenu mal défini de son offre de service” et les “lourdeurs” de son fonctionnement : il était alors incapable de redistribuer l’ensemble des contributions des employeurs publics. Ce fond a bien redressé la barre et son activité ne cesse de croître, puisque 93 nouvelles conventions et engagements ont été signés en 2013 avec des employeurs publics.

C’est cette même évolution positive que nous constatons sur Saint-Nazaire, avec toutefois un bémol : lors de la récente campagne municipale nous avons dialogué avec de nombreux chefs d’entreprises et commerçants de Saint-Nazaire, notamment ceux situés en centre ville. Ils nous ont fait part de leur difficulté suite aux travaux car ils se retrouvaient avec des différences de hauteur entre les nouveaux trottoirs et leur pas de porte. Nous ne pouvions pas ne pas en parler ce soir et nous espérons qu’ils trouveront écoute et aide auprès des services compétents pour remettre leurs seuils au bon niveau.

Pour finir, nous aimerions partager avec vous cette réflexion : Le regard que nous portons sur les personnes atteintes d’un handicap en dit long sur la société dans laquelle nous vivons. Et ce regard reste encore trop sur la réserve, avec des appréhensions, des peurs de mal faire. Notre République doit tout faire pour que le regard de la société change, pour dire que les personnes handicapées sont en réalité une richesse. Cela commence à l’école, c’est pourquoi nous devons poursuivre l’intégration des enfants handicapés en milieu scolaire ordinaire, aider et former les enseignants à leur prise en charge. Des progrès ont été faits, mais des obstacles demeurent, cela mérite notre réflexion et notre soutien.

Monsieur Le Maire, chers collègues, je vous remercie

Virginie Boutet-Caillé : Délibérations 31 et 32 : accueil de la petite enfance

Nous approuvons cette délibération et les moyens qui ont été mis en œuvre pour intégrer l’Ile au Trésor dans les structures gérées par notre ville.

Notre position en matière d’accueil de la petite enfance, n’a pas changé, nous souhaitons que la ville travaille à la diversification des modes de gardes, afin de répondre au mieux aux besoins des familles, notamment celles qui ont des horaires de travail atypiques.  Et avec une meilleure répartition de l’offre sur l’ensemble de la commune.

Les types de structures qui nous semblent intéressantes de promouvoir sont les Maisons d’Assistantes Maternelles : nous avons eu l’occasion d’en parler ensemble sur le précédent mandat. Mais aussi les micros crèches qui peuvent accueillir collectivement 10 enfants maximum et peuvent être gérées soit par une collectivité territoriale, soit le centre communal d’action sociale, soit une association ou une entreprise. Leur fonctionnement est, en grande partie, soumis aux mêmes règles que les établissements d’accueil collectif, mais avec des spécificités qui leur confèrent une relative souplesse, notamment en termes d’horaires d’ouverture.

Une plus grande flexibilité des horaires d’accueil, c’est aussi un des avantages de la crèche d’entreprises ou inter-entreprises  qui peut accueillir les enfants du personnel d’un ou de plusieurs employeurs. Un certain nombre d’entre elles peuvent aussi proposer des places aux familles du quartier. En outre ces crèches d’entreprises sont généralement situées à proximité des entreprises, voire dans leurs locaux ce qui permet de répondre à certaines contraintes professionnelles. Ce n’est pas forcément l’entreprise qui s’occupe de la gestion de sa crèche.  Elle peut être confiée à un tiers notamment une association, et c’est là que la ville peut aider à la création et à l’installation de ce type de structure.

Monsieur Le Maire, chers collègues, je vous remercie.

Texte du groupe « DésirS de Ville » pour le « Saint Nazaire Magazine » de Juillet 2014

au-pourcentage-ou-au-forfait--5412

1er bilan des actions du Groupe d’élus DésirS De Ville

 

Malgré la création d’un sous-groupe de la droite dure, nous restons pour notre part, unis et fidèles à nos engagements de campagne. Oui à l’union du centre et de la droite républicaine, non à l’avancée des extrêmes. Nous voulons porter des sujets qui intéressent les nazairiens et exercer cette mission dans le respect de nos engagements et non en tant que porte-voix de partis politiques.

Vous trouverez ci-dessous les sujets que nous avons défendus ces trois derniers mois :

–       Un positionnement clair du Maire de Saint-Nazaire pour une Bretagne réunie ; il est opposé au rattachement de la Loire Atlantique à la Bretagne

–       Le respect du service minimum obligatoire dans les écoles en cas de grève afin de ne pas pénaliser les familles ; malgré son caractère obligatoire, il n’a jamais été mis en place à St Nazaire.

–       Le respect du principe de l’accès aux emplois de la mairie et de la Carene par la voie du concours administratif et non par le recrutement de CDD renouvelables.

–       Une étude sur la création d’un refuge pour animaux dans le bassin nazairien ; Une commission a été créée à ce sujet.

–       Le respect du principe d’égalité de traitement entre les écoles privées et les écoles publiques notamment en matière d’accès à la culture ;

–       Développer des collaborations intercommunales en matière culturelle et favoriser l’accès à tout public aux différentes formes d’expression culturelle ;

–       L’amélioration des conditions d’accessibilité dans la gare sans attendre les travaux de modernisation ;

–       Veiller à ce qu’aucun quartier ne soit oublié dans le cadre de la politique urbaine ;

–       La transparence des rémunérations et indemnités de déplacement des élus ;

Nous siégeons en outre dans toutes les commissions de la ville et de la Carene pour vous représenter.

— 

 « Touche pas à ma région sinon je perds mon poste » : Stop à la propagande pro Pays de Loire, OUI à un référendum !

Est-il admissible de supporter plus encore le refus de nos élus locaux au pouvoir de permettre à la population de Loire Atlantique de s’exprimer sur la réforme territoriale en cours ?

Est-il admissible de voir nos élus locaux dépenser des dizaines de milliers d’euros en frais de propagande pro – Pays de Loire ?

Seul le passage en force a grâce à leurs yeux pour maintenir à tout prix les baronnies locales. Nos édiles locaux ont-ils, une seule fois, fait une analyse des intérêts et inconvénients pour la Loire Atlantique de réintégrer la Bretagne ?

Devons-nous craindre la force économique d’une Bretagne réunifiée ? Bien évidemment non !

Des milliers de bretons dans la rue, des milliers de signataires pour la réunification de la Bretagne, des acteurs économiques qui soutiennent la réunification, des élus du conseil régional de Bretagne qui ont voté à l’unanimité pour une Bretagne réunifiée. Face à cela, le mépris !!! Dans la perspective de réformes aussi importantes que celle touchant les territoires, la population qui y vit doit être sollicitée par la voie du référendum.

Retrouvez l’intégralité de nos interventions au conseil municipal et à la Carene sur notre site internet

www.desirsdeville.com

desirsdeville@gmail.com

Vos élus du groupe d’opposition municipale DésirS de Ville à votre service

L. Le Merrer, F. Beuvelet, J-M. Texier, V. Boutet-Caillé, D. Trigodet

 

Le groupe d’élus « DésirS de Ville » demande un positionnement clair de la part de la majorité municipale et des actes forts dans le cadre de la réunification de la Bretagne.

Texte publié par le groupe d’opposition « DésirS de Ville » dans le Saint Nazaire Magazine de Juin 2014

ImageImage

Le groupe d’élus « DésirS de Ville » demande un positionnement clair de la part de la majorité municipale et des actes forts dans le cadre de la réunification de la Bretagne.

Durant toute la campagne des municipales, nous avons mis en avant l’importance pour St Nazaire, 2ème ville de Loire Atlantique, de s’engager activement dans la démarche de réunification de la Bretagne. Pendant plusieurs jours, le gwenn ha du a flotté au fronton de la Mairie en hommage à Damien Perrotin, grand militant nazairien de la cause bretonne, décédé pendant la campagne électorale. Comme de nombreux nazairiens, nous avons constaté avec surprise le 11 avril dernier, que le drapeau breton avait été retiré.

M. le Maire a également précisé vouloir monter une commission chargée de travailler sur la valorisation de l’identité bretonne. « Quand on veut enterrer un problème, on créé une commission » disait Georges Clémenceau. Nous espérons que ce n’est pas le but recherché.

Cette commission étant officialisée, nous demandons que le drapeau breton soit remis au fronton de la Mairie, le temps des débats, a minima. Suite à la proposition du 1er Ministre de moderniser la carte administrative française en divisant par deux le nombre de régions, 2 choix s’offrent pour la Loire Atlantique : la réunification de la Bretagne à 5 départements ou la disparition de la Bretagne dans un grand ouest technocratique sans âme.

Nous demandons à M. Samzun, Maire de St Nazaire de nous expliciter sa position sur le sujet de la réunification de la Bretagne, alors que Jacques Auxiette, Président socialiste de la région s’est déjà positionné contre. La Loire Atlantique doit pouvoir prendre son destin en main et profiter de l’occasion unique qui lui est donnée de se réaffirmer bretonne et de permettre à ses entreprises, artisans, et commerçants d’apposer le Made in Breizh sur leurs réalisations.

La Bretagne à 5 rivalisera avec les grandes régions d’Europe avec ses 4.600.000 habitants (proche de la taille de l’Écosse ou du Danemark). Pour St Nazaire cette réunification s’inscrit dans le cadre des nouveaux enjeux maritimes : les énergies marines, la création d’un grand port St Nazaire, Lorient & Brest, la coopération en matière de construction et réparation navale.

Le groupe d’élus « DésirS de Ville » a soutenu la manifestation du 19 avril à Nantes organisée par « Bretagne Réunie » et« 44=Breizh » et qui a été un succès populaire.

Nous veillerons tout particulièrement à ce que la question de la valorisation de l’identité bretonne de St Nazaire ne soit pas évincée du débat public local.

Ludovic Le Merrer, Florence Beuvelet, Jean-Michel Texier, Virginie Boutet Caillé, Dominique Trigodet – Tél.: 02 40 00 42 1